frendeitrues

Actu-LATMOS

comet

29 Avril 2020

Une nouvelle comète nommée SWAN d'après l’instrument spatial franco-finlandais du LATMOS à bord de SOHO.

Une nouvelle comète a été découverte par un astronome amateur en Australie, Michael Mattiazzo, sans même regarder le ciel ! Il a utilisé à la place des cartes du ciel en ultraviolet publiées sur le web. Ces cartes, dédiées à la découverte de nouvelles comètes, sont collectées chaque jour par l'instrument spatial SWAN (responsabilité du LATMOS) à bord du vaisseau spatial ESA-NASA SOHO. Le nom officiel de la comète est C2020 F4 (SWAN).

Michael Combi, de l'université du Michigan et expert en comètes dans l'équipe SWAN, déclare qu'au 15 avril, cette comète SWAN dégazait environ 1,3 tonne de vapeur d’eau par seconde.

"C'est déjà trois fois plus que la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko à son meilleur, lorsqu'elle a été visitée par la mission Rosetta de l'ESA en 2015-2016", déclare Jean-Loup Bertaux, investigateur principal (PI) initial et proposant de l'instrument SWAN.  

L'objectif principal de SWAN (Solar Wind ANisotropies) est de surveiller le flux du vent solaire à toutes les latitudes par télédétection. En fait, le système solaire est traversé en permanence par un flot interstellaire d’atomes d'hydrogène. Ces atomes H sont éclairés par le soleil dans la longueur d’onde spécifique des atomes H dans l’UV lointain à 121.6 nm, la raie Lyman-alpha, et ré-émettent le même rayonnement dont SWAN dresse quotidiennement la carte complète sur la voûte céleste.  Mais ils sont aussi détruits  par les ions du vent solaire, de sorte que l’image du ciel que SWAN enregistre, reflète la distribution spatiale du vent solaire. On peut donc « inverser » les cartes du ciel pour en déterminer la variation spatiale.

Quant aux comètes, lorsqu'elles s'approchent du soleil, elles dégazent des molécules de vapeur d'eau H2O, qui se dissocient en atomes H et en radical OH (hydroxyle). Il se forme donc un nuage d'hydrogène autour de la comète et un point plus brillant d'émission de Lyman-alpha dans le ciel.

Eric Quémerais, l'actuel Principal Investigateur de l'instrument SWAN, explique que les cartes UV originales de SWAN sont pleines d'étoiles, et qu'il n'est pas facile de trouver une nouvelle comète parmi ces nombreuses étoiles. "L'astuce est que nous produisons des cartes systématiques des différences de luminosité d'un jour à l'autre", poursuit-il. La plupart des étoiles sont éliminées grâce aux différences des cartes ; quelques points brillants restants sont associés à des étoiles fixes, tandis que la comète est un objet qui bouge sur le ciel d’un jour à l’autre. Néanmoins, repérer une nouvelle comète demande de l'exercice et de la persévérance, comme l'illustre la figure 1.

Ces cartes des différences sont automatiquement produites et publiées sur le web, et n'importe qui dans le monde peut donc repérer une nouvelle comète en regardant les images SWAN. Une dizaine d'entre elles ont été repérées par des amateurs depuis 1996. Cette comète C2020 F8 (SWAN) continue en s’approchant du soleil d’augmenter son dégazage et sa brillance, et atteindra probablement une visibilité à l'œil nu en juin 2020.

swan

 Figure 1 : image de l'instrument SWAN sur SOHO

Voici l'une des images de la série recueillie par SWAN qui ont été utilisées par l'amateur australien Michael Mattiazzo pour y découvrir la nouvelle comète C2020 F8 SWAN. Il s'agit d'une carte du ciel complet de la différence de luminosité UV entre le 11 avril et le 10 avril 2020. De nombreux points sont des résidus du signal stellaire qui n'ont pas été éliminés par le processus de différence. Ils restent fixes dans le ciel, tandis que la comète (à l'extrémité de la flèche blanche) se déplace de jour en jour (non représenté ici).

Peu après la découverte, Gerald Rhemann, un astrophotographe australien, a pu photographier avec son télescope  depuis le désert de Namibie cette belle image de la comète, montrant le nuage de gaz sphérique et la queue ionique de la comète, et publiée sur https://apod.nasa.gov/apod/astropix.html.

L'instrument SWAN a été construit en coopération entre le Service d'Aéronomie du CNRS  (maintenant, LATMOS) et l'Institut météorologique finlandais à Helsinki. Il est toujours pleinement opérationnel depuis 1996 et a observé les changements de la configuration du ciel Lyman-alpha sur plus de deux cycles solaires complets.

Les cartes de trajectoire des comètes dans le ciel et les prévisions de luminosité peuvent être consultées à l'adresse http://www.aerith.net/comet/catalog/2020F8/2020F8.html

 

Covid 19 : réouverture exceptionnelle du Fablab à l'OVSQ pour la production de masques

FabLab Masques

Samedi 04 avril 2020

A titre exceptionnel, le laboratoire de fabrication 3D (FabLab) de l'OVSQ a réouvert depuis le 30 mars dernier pour permettre la production de masques à visière sur le site par les équipes de l'OVSQ et du LATMOS.

Le design est très simple, chaque masque comporte 3 pièces, un serre-tête fabriqué sur imprimante 3D en ABS, un élastique pour la tenue du serre-tête, et une feuille transparente format A4 percée pour venir s'accrocher au serre-tête.

Après un prototypage réussi le 30 mars, la production sur nos imprimantes 3D a commencé à une cadence d'environ 12 masques par jour depuis le mercredi 31 mars.

A ce jour (samedi 4/04), une première distribution d'environ 40 masques a été faite auprès d'un hôpital de ST-Quentin et de 3 EHPAD (2 sur St-Quentin et une en Essonne).

Aussi modeste soit-il, aucun effort ne doit être négligé compte tenu  du besoin de protection des personnes fragiles et des intervenants auprès des malades.

 

20200323 115418 resized 430x300

COVID-19 : Don de matériel de protection à l'hôpital privé d'Antony et à Médecins du Monde

lundi 23 mars 2020

L'OVSQ et le LATMOS se mobilisent contre le coronavirus et donnent à l’hopital privé d'Antony et à Médecins du Monde son stock de quelques 2000 masques et autant de paires de gants à usage unique, ainsi que des blouses jetables, charlottes, sur-chausses, lingettes et essuie-mains, éthanol entrant dans la préparation des gels hydroalcooliques.

Ce matériel provient essentiellement des activités en salles propres de la PIT, utilisé dans le cadre d’intégration d’instruments scientifiques pour les missions spatiales. Il provient également des laboratoires d'expérimentation du LATMOS.

La collecte, le colisage et l'envoi de ces matériels a été effectué lundi 23 mars grace à l'intervention des collègues de l'OVSQ et du LATMOS.
A noter que cette action de solidarité à été menée en collaboration avec nos collègues du LESIA à Meudon.

Merci à eux. Et que cela nous encourage à participer au mieux à l'effort nécessaire de soutien aux personnels soignants.

 

Wind measurements by ESA Aeolus space-borne Doppler lidar
are validated by its ground-based predecessor

ohp lidar wind

 Laser beams of the OHP Doppler wind lidar (north, east and zenith lines-of-sight),
10-minute camera exposure time. Photo by S. Khaykin

         Pioneering lidar measurements of wind profile in the middle atmosphere were conducted in Observatoire de Haute-Provence (OHP) by Chanin et al. (1988) using double-edge interferometry. Further improvements of this technique have fostered European Space Agency to face the challenge of developing a space-based Aeolus wind lidar, which was built by Airbus and successfully put into sun-synchronous orbit in August 2018. This frontier space mission based on cutting-edge technologies has a unique capacity of global wind profiling up to 24 km altitude using both particulate and molecular returns, which is not possible with any techniques rather than HSRL (High Spectral Resolution Lidar). The validation of Aeolus wind measurements is currently underway and makes use of various measurement techniques. The OHP wind lidar has recently underwent a major upgrade and now actively contributes to the Aeolus cal/val programme. An article by Khaykin et al. (2020) published in the journal of Atmospheric Measurement Technics provides the first results of Aeolus validation using OHP wind lidar, the predecessor of Aeolus. A remarkable agreement between the ground-based and satellite measurements of wind demonstrates a high level of maturity of this technique that Airbus and LATMOS have shared. Aeolus data are now operationally assimilated by the Integrated Forecast System of ECMWF, which leads to an important improvement of the weather forecast skills (ESA, 2020). At the same time, the global-coverage wind profiling enables new studied of atmospheric dynamics. ESA Aeolus mission has opened new horizons and LATMOS will continue to work actively on this unique data to help paving the way to future fleet of operational wind lidars in space. In Europe, the coordination of a new ground-based infrastructure is proposed within the H2020 ARISE project conceived to advance the European observation and modeling system.

 

Chanin, M. L., Garnier, A., Hauchecorne, A., and Porteneuve, J.: A Doppler lidar for measuring winds in the middle atmosphere, Geopys. Res. Lett., 16, 1273–1276, https://doi.org/10.1029/GL016i011p01273, 1989. 

Khaykin, S. M., Hauchecorne, A., Wing, R., Keckhut, P., Godin-Beekmann, S., Porteneuve, J., Mariscal, J.-F., and Schmitt, J.: Doppler lidar at Observatoire de Haute-Provence for wind profiling up to 75 km altitude: performance evaluation and observations, Atmos. Meas. Tech., 13, 1501–1516, https://doi.org/10.5194/amt-13-1501-2020, 2020

ESA news, 10.01.2020, last access 01.04.2020
https://www.esa.int/Applications/Observing_the_Earth/Aeolus/Aeolus_winds_now_in_daily_weather_forecasts

 

Caractérisé par sa toute petite taille le nano satellite a la particularité d'offrir d'immenses possibilités.

Pour le LATMOS qui maîtrise les projets d'envergure lancés par les agences spatiales internationales c'est un nouveau défi à relever avec UVSQ-SAT. Concentrer tout le savoir faire et inover dans un cube de quelques centimètres qui pourrait révolutionner la recherche spatiale.

La fondation UVSQ vous permet de soutenir le LATMOS qui agrège de jeunes chercheurs et des étudiants dans cette nouvelle aventure en effectuant un don ici :

https://www.fondation.uvsq.fr/don-labo-latmos/

Et pour en savoir plus c'est là :

https://www.fondation.uvsq.fr/2020/02/20/latmos-uvsq-sat/

 

2020 03 nano